Pour les générations futures, imaginons ensemble le monde de demain

A la présidentielle, choisissons l'option de nous rassembler et de respecter nos différences

Lettre aux responsables socialistes.

Soyons pragmatiques, l'unique chance de la gauche en 2017 réside dans son rassemblement.

Mais attention, le rassemblement autour d'un unique courant de la Gauche ou d'un seul candidat, sans respect des autres courants, n'est ni possible, ni bénéfique en terme de diversité d'idées. Chaque électeur de gauche doit se sentir représenté pour ensuite voter, chaque candidat perdant doit se sentir respecter pour continuer le combat au sein du rassemblement. C'est pourquoi le choix d'une primaire pour élire un seul vainqueur ne pourrait réussir le pari de rassembler les courants de gauche ET les électeurs de gauche. Par ce courrier, je veux proposer, à vous qui avait la responsabilité de valider les différentes candidatures à la primaire de la Gauche, de soutenir une candidature inhabituelle et innovante. Le candidat ? Ce n'est pas important, ce pourrait être moi, vous, ou n'importe qui en réalité. De préférence une personne sans aucune ambition présidentielle. Intéressez vous davantage à l'idée, car c'est elle qui est pertinente. Et si l'idée vous plait, nous déciderons ensemble, par une simple conférence Skype, qui peut être ce candidat qui la défendra.

Si une primaire est réfléchie sur la base d'un seul vainqueur qui, seul, décidera, elle condamne la Gauche et les valeurs humanistes, écologistes et sociales désirées par une grande partie des français (Et sûrement la totalité de l'électorat de Gauche). Sur la base d'un scrutin uninominal majoritaire à deux tours, le gagnant désigné ne pourra ni se proclamer représentant de la majorité de l'électorat de la primaire, ni représenter les candidats perdants. L'électorat s'effritera et les électeurs déçus pourraient trouver d'autres solutions de votes, provoquant la défaite de la Gauche. Au contraire, réussir à mobiliser autour d'une unique candidature devrait permettre la victoire de la Gauche en 2017 et faire mentir les sondages. Ne rassemblons pas autour d'une personne mais rassemblons autour de la Gauche, pas forcément celle à laquelle vous pensez, mais celle que les citoyens désirent !

Pour réussir cette mobilisation, nous avons besoin temporairement d'un candidat à la primaire proposant une alternative différente, une candidature qui brise les codes, qui innove et va au-delà de ce que le cadre semble nous imposer : un candidat qui n'en est pas un. Je propose en effet la candidature d'un projet, ou plutôt d'une méthode, signant la fin du système actuel qui laisse de coté les plus faibles. Le peuple a besoin d'une alternative au système et le peuple de Gauche est certainement le plus apte à le co-construire autour de valeurs humanistes et écologistes.

L'idée que je défend se limite à 2 étapes fondamentales de construction du rassemblement :


  1. Organiser une nouvelle primaire OUVERTE à un seul tour, en février, sur un mode de scrutin multinominal permettant de désigner un conseil présidentiel représenté par son « président » à la présidentielle de 2017. Il sera composé de chaque participant de cette même primaire, chacun possédant un pouvoir de vote représentatif du choix des citoyens, proportionnel au résultat obtenu lors de la primaire.
  2. Organiser des élections ministérielles citoyennes en mode « démocratie liquide » en mars où chaque membre du conseil pourra proposer un ou deux candidats (selon le résultat obtenu) et ainsi occuper le terrain des idées en amont de la campagne officielle tout en permettant aux citoyens de co-construire les projets et le gouvernement. Ces élections utiliseront un mode multinominal et des conseils ministériels pourront également être désigné si les citoyens y sont favorables. Je pense qu'il est préférable de laisser les citoyens s'exprimer sur le choix des ministres plutôt qu'uniquement le conseil présidentiel. Le résultat de ce vote pourrait permettre, avec l'analyse des résultats locaux, de désigner les candidats aux législatives. N'ayons pas peur de la multiplications des votes lorsqu'il s'agit d'écouter les citoyens pour mieux respecter leur volonté pendant 5 ans. Si c'est un problème, décidez d'appliquer uniquement la première étape, mais je pense que c'est contre productif et peu transparent.

Une description plus précise de ces 2 étapes est disponible en fin de page.

Ainsi, l'idée de la candidature proposée est simple : offrir aux citoyens la possibilité de choisir une autre règle de construction du rassemblement de la Gauche, plutôt qu'un candidat dans le cadre d'une primaire qui n'innove pas le cadre de la 5ème République et qui découragera une nouvelle fois les citoyens. Je veux que dans la primaire soit incarnée l'option qui représente la voix de ceux qui pensent que cette primaire n'est pas celle dont a besoin le rassemblement de la Gauche. La démocratie, c'est avoir le choix. Et je défend un choix différent pour les Français. Et la possibilité de ce choix, pourrait, en cas de victoire, éviter une catastrophe. Dans le cas contraire, cela justifierait le choix de l'organisation de la primaire actuelle et renforcerait l'autorité du gagnant. Dans les deux cas, la primaire actuelle y trouve un avantage.

Sachez qu'un scrutin uninominal pousse les candidats à critiquer leurs adversaires pour leur prendre des voix. Un scrutin multinominal pousse les candidat à convaincre du bien fondé de leur idées !

Attention, cette candidature ne pourrait survivre sans arriver en tête de la primaire au premier tour, idéalement avec plus de 50% de voix favorables. Si elle arrivait seconde, elle devrait être retirée au profit du candidat ou de la candidate arrivé(e) premier(ière) ou du/de la troisième. Ainsi en aurait décidé les citoyens, le concept de rassemblement autour d'un conseil représentatif aurait échoué. De plus, cette candidature ne défendra aucune idée ou projet particulier, pour ne pas rendre le vote des électeurs ambigüe. Ceci également pour convaincre les électeurs de gauche soutenant des candidatures hors primaire de s'exprimer pour ces règles de rassemblement et ainsi motiver leur candidat de se soumettre à la seconde primaire. Cette candidature pourrait mobiliser ceux qui veulent une autre voie ! Aucun ne veut s'effacer devant les autres, il est temps que chacun compte. On nous sert du ni de droite ni de gauche, mais le problème est aujourd'hui que chaque candidat, par son désir d'unicité, ne représente qu'une partie du spectre électoral.

En 2017, la force de la Droite sera d'être unie, mais sa faiblesse sera de l'être autour d'un homme choisi par le biais du scrutin uninominal à deux tours et donc reniant une partie de son électorat. « cible ». De l'autre côté de l'échiquier, socialistes, écologistes, communistes, altermondialistes, citoyens font bataille en ordre dispersé pour défendre chacun leur vision de la gauche. Le 21 avril 2002 est la preuve que la gauche peut être majoritaire et perdre à cause du mode de scrutin. Et certains s'indignaient des 20% du Front National. Nous sommes aujourd'hui à plus de 30% dans les sondages et cela semble naturel. Il fallait changer ce mode de scrutin au plus vite pour choisir un mode de scrutin multinonimal. Cela n'a pas été fait. Mais ce changement, nous pouvons nous l'imposer avant la présidentielle pour montrer notre volonté et notre capacité de changement, d'innovation. La droite copie la version 2011 alors innovons en 2017.

En optant pour ce mode de désignation, chaque parti participant à la nouvelle primaire de la gauche sera représentatif à hauteur du nombre de citoyens partageant ses idées et donc ne pourrait théoriquement faire un score inférieur à celui d'une candidature solitaire ou celui d'un scrutin uninominal. Une fois le conseil présidentiel composé, chaque parti comptera davantage dans la politique française car les voix de la droite et de l'extrême droite (à moins qu'on ne donne l'option) ne seront pas représentées dans le conseil présidentiel. Il vaut mieux que chaque courant de la gauche compte pour 10% dans les décisions que l'ensemble compte pour 0%.


C'est ainsi une méthode innovante et démocratique que je porte pour faire gagner la Gauche en 2017. Par ces nouvelles règles, je pense que nous pouvons convaincre chaque force de gauche de participer à ce rassemblement. Car un parti refusant de compter à hauteur de son électorat et provoquant la défaite de la Gauche en serait responsable, contrairement à un parti refusant de se soumettre à la dictature d'un candidat vainqueur d'une primaire inspirée de la présidentielle actuelle pour laisser un choix à ses électeurs.

Pour que les valeurs de gauche, humanistes et écologiques guident les changements de 2017 à 2022, proposons ensemble une stratégie démocratique respectant les citoyens. Prêt à perdre tout en y allant seul, nous avons tout à y gagner en rassemblant la Gauche autour de l'électorat de Gauche.

La Belle Alliance Populaire, dans son introduction et ses thèses 3, 8, 11 et 13 justifie le contenu de ma démarche. Est-ce que les textes portés par des organisateurs de la primaire de la Gauche ne sont que du vent ? Le parti EELV parlait de réinvention, d'une primaire ouverte et n'a su reproduire dans sa propre primaire que le schéma de la présidentielle... 240 parrainages de conseillers EELV qui sont allés uniquement aux eurodéputés et députés... Un système fermé sur lui même. Le Parti Socialiste a également donné la responsabilité à ses élus de valider les candidatures. Des intellectuels et scientifiques ont déjà prouvé le manque de démocratie du scrutin uninominal à deux tours, et les citoyens ont pris conscience que le choix était filtré par les grands partis.

Pour permettre un autre choix et montrer que la diversité d'idées est une composante fondamentale d'une vraie démocratie mais aussi du Parti Socialiste, merci d'accorder votre parrainage à ce projet. Si vous y êtes favorables, convenons ensemble d'un rendez-vous sur Skype pour réfléchir à la désignation du candidat. Vous pouvez m'indiquez votre soutien à l'adresse contact@le-projet-imagine.com et je vous recontacterais pour déterminer le rendez-vous Skype. Les élections sont décriées comme des batailles d'égos, alors une candidature qui met les idées au centre du débat plutôt qu'une personne ne serait-elle pas bénéfique ? A vous de répondre personnellement à cette question. Si le projet vous motive, parlez-en à vos homologues afin de favoriser l'enthousiasme et la dynamique et collecter rapidement les soutiens. Si au contraire, vous pensez qu'il faut filtrer au maximum les candidatures afin que les citoyens n'aient qu'un choix réduit et que le scrutin uninominal est une très bonne chose, comme le prouve le 21 avril 2002, je suis certain que le résultat de 2017 s'annonce en cohérence avec votre vision.

Ci-dessous une explication plus précise des 2 principes de rassemblement.


Désignation du conseil présidentiel et du candidat En cas de victoire de notre candidat :

  1. les partis politiques défendant un changement humaniste et écologiste (PS, PCF, FG, France Insoumise, Ensemble, PRG, Génération Ecologie, EELV, laprimaire.org...) pourront proposer en février jusqu'à 2 candidats dans le cadre d'une nouvelle primaire.
  2. Chaque candidat pourra proposer jusqu'à 5 mesures associées à sa candidature.
  3. Cette primaire sera à un tour utilisant un mode de scrutin multinonimal soit un vote par approbation, soit vote par approbation+préférence, soit jugement majoritaire.
  4. Les mesures défendues par le candidat obtenant le meilleur score, si ce dernier est supérieur à 60% d'approbation, feront parti du programme du rassemblement.
  5. Le candidat obtenant le meilleur score ET désirant être le candidat du rassemblement à la présidentielle obtiendra 10% de pouvoir de vote au sein du conseil présidentiel.
  6. Les 90% restant seront réparti entre chaque participant (y compris ce gagnant) proportionnellement au vote des citoyens dans cette primaire. Attention, contrairement à la désignation du « score », le vote de chaque citoyen devra être pondéré à 1. C'est à dire qu'un citoyen accordant son approbation à X candidats divise son « pouvoir » en X par rapport à un citoyen donnant approbation à un seul candidat. Ceci afin que la multiplication de candidats d'une même sensibilité ne favorise pas cette même sensibilité.
  7. Les décisions du conseil présidentiel ainsi composé devront être respectées par le candidat devenu président pendant son mandat. Le candidat du rassemblement devra faire une déclaration publique dans ce sens qui l'oblige envers les citoyens.

Désignation des ministres

  1. A la fin de la primaire du conseil présidentiel, le conseil identifiera la liste des ministères qu'il désire mettre en place pour le prochain mandat.
  2. Chaque membre ou groupe de membre représentant 5% ou plus du droit de vote du conseil pourra proposer un(e) candidat(e) par ministère. Chaque membre ou groupe de membre représentant 10% du droit de vote pourra proposer 2 candidat(e)s par ministère.
  3. Une même personne ne pourra pas être candidate à plus de 2 ministères. Chaque candidat(e) devra présenter un projet aux français de N mesures maximum liées au ministère auquel il/elle candidate.
  4. Si l'on veut également limiter les candidatures aux législatives, à ce stade, chaque candidat possible aux législatives devra, à ce stade, s'exprimer sur ses soutiens aux candidats ministériels.
  5. Des primaires ministérielles citoyennes seront alors organisées en mars 2017 pour chaque ministère et permettront aux citoyens de désigner chaque ministre. Ces primaires respecteront le même mode de scrutin que les élections précédentes (un mode de scrutin multinominal à un tour).
  6. Le conseil présidentiel votera également pour les candidats ministres et leur vote viendra compléter le vote des citoyens à hauteur du nombre de participants à la primaire du conseil présidentiel. Pour illustrer ce propos, si la primaire pour un ministère a réuni 1 million de citoyens votants et que la primaire pour le conseil présidentiel en avait réuni 2 millions, alors chaque membre du conseil présidentiel pourra s'exprimer à hauteur de son poids X de vote pour représenter X% du million de non votants. Dans le cas où le nombre de votants est supérieur au nombre de votant de la primaire précédente, le vote du conseil présidentiel n'est pas pris en compte. C'est une manière d'appliquer la démocratie liquide.
  7. Les ministres ainsi désignés composeront le premier gouvernement et le programme des ministres, additionnés aux mesures défendu par le candidat ayant obtenu le meilleur score, deviendra le programme du candidat du rassemblement.
  8. Des conseils ministériels seront créés sur le même principe que le conseil présidentiel pour s'exprimer pendant le mandat, hors programme du vainqueur. Le conseil présidentiel sera légitime pour proposer des lois au parlement ou aux citoyens par l'intermédiaire du président, de même pour les conseils ministériels.
  9. Concernant les candidats aux législatives, ce sont ceux au plus proche du choix des électeurs de leur circonscription en terme de ministre qui seront maintenu.

Les élections ministérielles permettront une transparence accrue envers les citoyens, tout en laissant les citoyens le choix des personnes qu'ils jugent compétentes. Elles permettront également de rendre le choix citoyen moins flou que le vote unique pour une personne et un programme complet tout en occupant l'espace médiatique.

Si le schéma appliqué est celui du passé, nous savons que le gagnant de la primaire prévue actuellement aura tout pouvoir, accordera des postes selon son bon vouloir, dans le dos des citoyens, et que les ministres ne seront légitimes que pour mettre en place le programme que le vainqueur décidera de leur imposer. De la même manière que François Fillon pourrait gouverner. Encore une fois, si cela peut correspondre à la vision de la démocratie pour certains, ce n'est ni la mienne, ni probablement celle de nombreux citoyens. La différence de projet est visible, et j'espère que vous comprendrez qu'elle peut être le salut d'une primaire qui risque l'échec.


Alors soutenez l'idée !


Contactez nous

Show Buttons
Share On Facebook
Share On Twitter
Hide Buttons